La Petite Rapporteuse

Laurie, Blogueuse à Amiens

Les Anglais ont débarqué

Expression populaire désignant qu'une femme a ses règles, celle-ci prends parfois une signification tout autre qui commence à m'agacer. Si une femme est de mauvaise humeur, ou un peu virulente dans ses propos : pas de doute, elle a ses règles.

Les anglais ont débarqué : expression populaire originaire de la bataille de Waterloo où Napoléon Bonaparte et ses hommes ont essuyé une défaite. Les soldats en uniformes rouges étaient maculés de sang. Dans le parlé populaire, cet afflux de sang et de couleur rouge a fait faire le rapprochement avec la menstruation des femmes. (Source : www.pourquois.com)

Notre génération pense encore que la femme est définit par son flux menstruel. Outre les blagues sexistes et autre humoir noir, les femmes aussi finissent par utiliser cette expression. Réduisant un peu plus son statut de femme à un simple flux d'hormones qui dirige son existence. 

Ca fait un bout de temps que j'avais envie de rédiger cet article, mais d'autres le faisant très bien (dont le site Madmoizelle), j'avais laissé mon idée de côté. Sauf que je suis de plus en plus victime de cette expression, simplement parce qu'exprimer une émotion un peu vive ne peut être orchestré que par des règles. 

J'en ai véritablement marre que l'on stigmatise la femme par ses hormones. Vous diriez quoi si je vous répondais sans arrêt "T'as les couilles pleines c'est ça ?" ? Après tout, pourquoi est-ce que la colère d'un homme ne pourrait pas être définie par un manque d'accouplement, son sexe étant son cerveau. Suis-je assez dans les clichés pour vous faire réagir ? 

La violence des opprimé·e·s
Extrait BD Emma

"Si la colère assoit le charisme des hommes, à l'inverse, elle décrédibilise les femmes."

Illustrations & citations extraites de la BD "La violence des opprimé·e·s" par Emma

La femme est donc définie par ses hormones et non par ses émotions ou son ressenti. Bien évidemment, plus facile de dire à une femme qu'elle est chiante parce qu'elle a ses règles plutôt que d'essayer de comprendre qu'elle est peut-être fatiguée par un quotidien pesant. Evidemment.

Messieurs, vous aussi vous êtes casse-couille quand vous êtes fatigués, pas besoin d'avoir de menstruations pour ça.

Mesdames, essayez de faire preuve d'intelligence et de ne pas utiliser ce cliché sexiste.

Et non, je n'ai pas mes règles. Cet article vient du coeur et du plus profond de mes tripes. Je voudrais un jour que l'on me voit en tant que femme et que l'on ne me définisse pas par des hormones. Je suis bien plus qu'un amas d'hormones. 

Humeur