La Petite Rapporteuse

Laurie, Blogueuse à Amiens

Nicholas Winton, le Schindler britannique

Sir Nicholas Winton nous a quitté le 1er juillet 2015 à 106 ans. Ce nom ne vous dit peut-être rien, pourtant cet homme a organisé le sauvetage d’au moins 669 enfants juifs tchèques et slovaques d’un destin fatal. Revenons sur son histoire.

En décembre 1938, Nicholas était un jeune employé de la Bourse de Londres lorsqu’il part aider un ami engagé dans le sauvetage de Juifs à Prague. Sur place, il monte une organisation pour sauver les enfants juifs des camps de la mort.

En accord avec l’Angleterre, un décret permit aux réfugiés de moins de 17 ans de pouvoir s’installer dans le pays. La condition de ce décret était qu’ils devaient y trouver un lieu d’accueil et déposer cinquante livres en garantie (pour un éventuel retour chez eux). Nicholas, qui avait 29 ans à cette époque, recevait alors dans un bureau de fortune (une simple table à manger dans un hôtel de Prague) des parents juifs souhaitant mettre leurs enfants en lieu sûr. La tâche n’était pas simple : il fallait obtenir un visa pour la Grande-Bretagne, trouver une famille d’adoption et verser une caution. Par la suite, il organisa le transport des enfants avec huit trains faisant la route de Prague jusque Londres. Malheureusement, le neuvième train devant partir le 3 septembre 1939, et transportant 250 enfants, fut bloqué par l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne.

Après cet événement, Nicholas garda le silence, même auprès de sa famille, et ce n’est que 50 ans après (en 1988) que l’histoire fut révélée dans l’émission télévisée That’s Life! (diffusée sur la BBC) grâce à sa femme qui découvrit la liste des enfants sauvés dans les papiers de son mari au grenier. Lors de cette émission, qui avait lieu en présence de Nicholas, une partie des enfants qu’il avait alors sauvés en 1938 étaient présents pour le remercier.

Nicholas Winton a été fait chevalier en 2002 pour ses services rendus à l’Humanité. En 2010, il reçoit le prix de Héros britannique de l’Holocauste, décerné par le gouvernement britannique. Nicholas a également été élevé au titre de Juste parmi les nations par le mémorial de Yad Vashem de Jérusalem. Et en 2014, Sir Nicholas Winton reçu l’Ordre du Lion blanc, la plus haute distinction tchèque, par le président de la République tchèque.

C’est à Slough, au sud de l’Angleterre, que Nicholas nous a quitté le 1er juillet. Même si je n’ai appris son décès que depuis peu, il me semblait indispensable de parler de son histoire. N’oublions jamais.

holocauste shoah devoir de mémoire