La Petite Rapporteuse

Laurie Dupuis, Blogueuse

Mylan (&co) décide d'arrêter la fabrication de la Ranitidine

Je n'avais jamais imaginé un jour que mon traitement médical quotidien pourrait ne plus être fabriqué. C'est assez dingue de voir que tout un quotidien peut rapidement être boulversé pour un simple arrêt de fabrication dans un laboratoire. Mais est-ce que les gens qui prennent cette décision se rendent bien compte de l'impact que cela va avoir sur mon futur ?

Genèse de l'hernie hiatale

Depuis près de 10 ans, je suis sous médicament pour régulariser un problème de RGO. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit de reflux gastrique qui génère un haut taux d'acidité. Ce RGO est lié à une hernie hiatale, qui est une mal-formation que j'ai depuis toujours et qui ne permet pas de bloquer l'accès de l'acidité de l'estomac vers l'oesophage. Si vous êtes vraiment curieux sur le sujet, je vous en parle en long et en travers dans un autre article nommé "La douleur incomprise".

Après plusieurs années à me battre auprès des médecins pour faire reconnaître mon problème, et donc l'hernie hiatale, il a fallut 4 années pour qu'un médecin découvre enfin que le traitement que l'on me donne depuis plusieurs années n'est finalement pas adapté, et que mon corps est résistant à la molécule (pour les connaisseurs, il s'agissait des IPP, un grand classique pour gérer les reflux gastriques). En 2017, mon traitement change donc, et je découvre enfin une vie sans douleur permanente dans l'oesophage grâce à une ancienne molécule, la Ranitidine (Antihistaminique Hpour les connaisseurs). 

Mais ça c'était avant...

L'histoire aurait pu en rester là, avec un traitement durant plusieurs années et des fibroscopies tous les quatre ans pour vérifier que l'état ne s'aggrave pas. Sauf que voilà, en janvier 2019, la production de Ranitidine en comprimé sec est stoppée nette, sans information complémentaire. Durant les premiers mois, j'arrive à trouver (grâce à un super pharmacien amiénois) des boites de Ranitidine en comprimé sec pour me permettre de tenir le choc (même si il me faut faire des voyages Rouen - Amiens pour cela). Sauf que 5 mois après, tous les stocks sont épuisés...

Première alternative proposée : le même médicament, mais en comprimé effervescent. Un échec total dès la première prise puisqu'avec un souci d'hernie hiatale, tout ce qui est effervescent complique plus la situation qu'autre chose et se trouve être quasi impossible à digérer. Mon état s'empire donc. 

Autre alternative : changer de traitement tout en restant sur une gamme d'antihistaminique H2... En espérant que d'autres soient encore commercialisés. Il aura donc fallu effectuer des recherches avec un médecin généraliste, puis avoir une ordonnance à rallonge proposant 4 médicaments alternatifs, en espérant qu'un des quatre soient encore disponible à la vente par les laboratoires. Par chance, Famotidine est encore commercialisé, et je le teste depuis quelques jours...

Et Mylan dans tout ça ?

Désespérée face à la situation, j'ai voulu discuter avec Mylan pour essayer d'en savoir plus sur l'arrêt des comprimés secs et sur une possible reprise de fabrication d'ici quelques mois.

Après une prise de contact le 05 avril 2019, il m'a été dit que je serai recontactée par le service de Pharmacovigilance pour en discuter. Sans nouvelle, j'ai relancé ma demande le 20 mai 2019, où il m'a été indiqué qu'une relance a été faite auprès du service concerné... Je suis toujours sans nouvelle à ce jour. 

Alors peut-être qu'un article de blog pourra les faire réagir sur la situation ? Dans tous les cas, cela m'aura permis de vider mon sac et de permettre de faire prendre connaissance à d'autres patients de la situation.

Medoc

Humeur RGO

Ajouter un commentaire