La Petite Rapporteuse

Laurie, Blogueuse à Amiens

Retour sur 6 mois sans pilule contraceptive

Après beaucoup d'hésitations, j'ai décidé (il y a 6 mois) d'arrêter de prendre ma pilule contraceptive ainsi que toutes autres substances chimiques devant réguler mes hormones. C'est sans aucun doute la prise de décision la plus délicate et la plus réjouissante que j'ai pu prendre jusqu'à aujourd'hui.

Après plusieurs années de galères à essayer (en vain) de trouver une pilule contraceptive adaptée à mon corps et toutes les complexités féminines qui  y sont liées, j'ai finalement décidé d'arrêter de prendre la pilule. A 25 ans, en étant célibataire, je me disais que la période était absolument parfaite pour tester plusieurs mois sans pilule contraceptive et autres hormones de synthèses. Après 6 mois sans ce traitement quasi quotidien, j'ai beaucoup de choses à vous raconter sur le sujet. Mesdames, cet article est pour vous. Et c'est sans tabou.

Evidemment, nous sommes toutes différentes, merci de savoir faire la part des choses dans cet article. Sachez par ailleurs que j'ai testé plusieurs pilules et traitements hormonaux avant d'opter pour l'arrêt complet de contraception hormonale.

Ma vie sans pilule contraceptive

Sans réel soutien de la part du corps médical sur l'arrêt de la pilule, c'est sur les conseils d'une amie que j'ai décidé d'arrêter de prendre la pilule. Cela faisait déjà plusieurs mois que j'y songeais sérieusement, étant convaincu que celle-ci n'était pas faite pour moi et qu'elle ne m'apportait que du négatif.

Bye bye l'état dépressif

Je croyais que j'étais faite pour être indéfiniment dépressive. J'avais tiré un trait sur le fait que cela pouvait être autrement. Après 2 mois sans pilule, je me suis rendue compte que j'étais de nouveau heureuse. Et que je me réjouissais de nouveau de plein de choses. Comme si je redécouvrais ce qu'était les émotions ! Ca peut paraitre idiot, mais rien à ce moment là n'a changé dans ma vie, en dehors de l'arrêt de la pilule. En conclusion, je vois là un lien très fort entre mon état dépressif depuis mon adolescence et la pilule hormonale.

Bye bye les sauts d'humeur

Même si je critique ce type de remarque sur les règles et les sauts d'humeur, il faut avouer que j'avais remarqué que je pouvais être plus sensible et à fleur de peau en période de règles. Ô joie, ce n'est plus du tout vrai depuis que j'ai arrêté la pilule !

Bye bye les gonflements & la prise de poids

Mon corps a littéralement dégonflé. Et mes seins ont vécu tout l'inverse. C'était marrant de voir le corps réagir à l'arrêt d'hormones de synthèses. En moins de deux mois, le changement était flagrant. 

Hello les menstruations

Forcément, le corps reprend son fonctionnement habituel et les règles sont de nouveau naturelles. Mais quelle joie de découvrir que la douleur et l'intensité sont devenues supportables. Certes, douloureuses, mais supportables. Et j'ai immédiate repris un cycle de 21 jours naturellement et sans contrainte. Fini les pertes de sang entre les règles et autres désagréments. Quel joie de retrouver un corps au fonctionnement sain et naturel ! Seul point négatif : la peau est victime des changements hormonaux et j'ai depuis peu un peu d'acné. Mais je pense que cela n'est que temporaire et reste très acceptable. 

Hello la libido

Alors, ce n'est pas le cas pour toutes les femmes, mais la pilule bride énormément notre libido. Et je m'en suis rendu compte notamment lorsque j'ai arrêté de la prendre. Au bout d'un petit mois, mon corps retrouvait toutes ses envies ! Et les rapports en sont d'autant plus agréables depuis que j'ai arrêté la pilule.

Hello les cheveux gras

Effectivement, au départ lorsque le changement hormonal s'effectue, il n'y a pas que du positif. Je remarque notamment que mes cheveux graissent plus vite qu'à leur habitude, notamment lors des règles. Mais cela s'atténue largement avec le temps. Aujourd'hui, après 6 mois, ce n'est quasiment plus le cas.

Arrêt de la pilule contraceptive

Je ne suis pas la seule à me poser des questions sur la pilule et les risques que nous prenons en optant pour cette contraception. Beaucoup de blogueuses et autres médias s'intéressent souvent à la question. Tout comme les problèmes que peuvent poser les solutions hygiéniques de protection lors de menstruations, mais là, c'est une autre histoire. 

Dans un tout autre style, je vous invite à lire le thread de @MadamePeel21 sur la notice d'une pilule contraceptive. Ses écrits risquent de vous donner quelques frayeurs (et aussi un bon fou rire, évidemment). 

S'organiser sans pilule contraceptive :
comment faire pour sa vie sexuelle ?

Il faut savoir qu'aucune contraception ne vous garantie  à 100% de ne pas tomber enceinte. La fiabilité de chaque contraception peut être remise en cause. La pilule reste à ce jour la contraception la plus utilisée dans les pays européens car théoriquement elle protège à 99,8 % d'une grossesse, la réalité est plutôt aux alentours de 91  % (à cause des oublis). Ailleurs dans le monde, le stérilet est privilégié pour les jeunes femmes, et il s'avère être également un très bon contraceptif.  Je parle évidemment d'un stérilet à cuivre et non hormonal, puisque l'idée ici est de ne plus prendre d'hormones de synthèses.

Une contraception alternative, sans hormones

Le stérilet en cuivre est efficace à 99,2%  (d'après les statistiques), une solution alternative qui me semble totalement appropriée. Malheureusement, elle ne sera pas toujours la meilleure solution pour toutes les femmes, mais à mes yeux, cela semble être le plus naturel et le moins dangereux pour la femme. Bien que là encore, des risques existent.

D'autres solutions sont cependant possibles, tels que le préservatif, malheureusement ce dernier protège moins bien d'une grossesse (mais ça protège de beaucoup d'autres problèmes ceci dit) et me semble être qu'une solution temporaire en attendant de trouver la contraception qui me conviendra. 

Trouver le bon gynécologue

Le vrai problème est que, lorsque l'on a 25 ans et que l'on est sans enfant, il est très difficile de trouver un(e) gynécologue qui souhaite et accepte de vous poser un stérilet. Certes, la pose n'est pas agréable (il faut que ce soit en période de règles), mais notre culture veut surtout que les jeunes femmes optent pour la pilule hormonole ou l'implant. Il est donc difficle de faire entendre sa voix sur le sujet, et malheureusement j'en sais quelque chose.

Bien évidemment, je ne suis pas médecin. Et des statistiques restent des statistiques. Chaque personne sera différente devant le choix des contraceptions, et le corps féminin est tellement complexe que nous sommes toutes différentes.

Je souhaitais simplement mettre en avant, via cet article, que la pilule n'est pas la seule contraception existante, et que d'autres solutions existent lorsque celle-ci s'avère problématique. N'hésitez pas à aborder le sujet avec votre médecin ou votre gynécologue, si ils sont ouverts à ce type de discussion, bien entendu.

Humeur

Commentaires

  • Eline
    • 1. Eline Le 29/01/2018
    Coucou! Alors moi après 15 ans j'ai du arreter sur ordre de 3 medecins et j'ai arreter il y à 4 mois et c'est tout le contraire de toi ! Je suis prete à tuer tout le monde pendant mes règles , je suis aussi pliée en 2 (ce qui n'etais pas le cas avant ) jai la peau et les cheveux gras #bonheur et mes seins sont devenus vides (mon pauvre mari).mais je pense qu'il fallait le faire pour cesser de m'empoisonner ! Et un peu rassurée de voir que ce n'est pas la mouise chez tout le monde ces changements hormonaux ;-) belle journée !

Ajouter un commentaire